Peugeot – L’ère de la “néo-performance”

Sous le label PSE (Peugeot Sport Engineered) et un nouveau logo, se déclinera la gamme hautes performances du constructeur de Sochaux. L’ouverture du bal est confiée à la 508, qui extirpe 360 ch de ses 3 moteurs.

Les départements marketing des constructeurs automobiles nous gratifient parfois d’appellations pompeuses pour définir leurs intentions. Peugeot a choisi le terme de “néo-performance”, synonyme de performance vertueuse, pour définir la nouvelle stratégie de son officine sportive Peugeot Sport. Le logo change, les moyens aussi et le rouge “GTI” fait place au jaune/vert fluo “Kryptonite”. L’absence de motorisations à plus de 4 cylindres dans la banque d’organes PSA et la chasse sans répit au CO₂ limitent la conception de motorisations thermiques ambitieuses. Peugeot Sport a donc changé son fusil d’épaule et mise désormais sur l’électricité. Le kWh devient roi et la fée électricité permet au Lion de proposer les modèles de série les plus puissants de son histoire. Voilà de quoi légitimer sur la gamme civile le prochain engagement de Peugeot en Championnat du monde d’endurance (WEC).

A tout seigneur tout honneur, la 508 inaugure cette nouvelle lignée baptisée Peugeot Sport Engineered (PSE). La marque a eu l’excellente idée de décliner son nouveau label aussi bien sur la berline que sur le break SW. C’est que l’armada allemande contre laquelle va ferrailler la 508 PSE se décline aussi dans les deux silhouettes. Il fallait se montrer sérieux!

Sobriété de bon aloi

A l’image des familiales sportives allemandes, la Peugeot 508 PSE a choisi une certaine forme de sobriété. Cela dit, les évolutions par rapport à une 508 classique sont nombreuses. Le bouclier reçoit de nouvelles écopes et une lame proéminente. Les bas de caisse s’ornent de déflecteurs type aileron de requin. Les chromes disparaissent au profit d’une teinte noir mat que soulignent ça et là quelques touches Kryptonite. La monte pneumatique passe à 20 pouces et à l’arrière, un diffuseur imposant intègre deux sorties d’échappement rondes. Enfin, la gamme PSE ne propose que trois teintes de carrosserie; un gris Sélénium spécifique, le noir Perla Nera et le blanc Nacré.

Peu d’évolution en revanche à l’intérieur. Hormis les quelques graphismes Kryptonite et la sellerie mixte cuir/maille 3D/Alcantara, l’agencement reste identique aux 508 classiques.

360 ch et 4 roues motrices

C’est donc sous le capot que se cache l’essentiel des nouveautés. Le groupe motopropulseur associe le 4-cylindres 1,6 l PureTech de 200 ch et 300 Nm et deux moteurs électriques (un par essieu). La puissance cumulée du système atteint 360 ch et 520 Nm de couple. La puissance est répartie sur les quatre roues motrices via une boîte de vitesses automatique EAT à 8 rapports.

Peugeot annonce tout de même un poids coquet pour sa 508 PSE; 1825 kg à vide pour la berline, 1850 kg pour le break SW. C’est environ 30 kg de plus que la 508 Plug-in Hybrid de 225 ch. Malgré cela, le constructeur annonce un 0 à 100 km/h en 5,2 secondes et une vitesse de pointe de 250 km/h (limitée).

La batterie lithium-ion qu’embarque la 508 PSE a une capacité de 11,5 kWh. Elle permet à notre sportive de parcourir 42 km en tout électrique (WLTP), jusqu’à une vitesse de 135 km/h. Sa recharge prend moins de 2 heures sur une Wallbox, 4 heures sur une prise renforcée de 16 ampères et moins de 7 heures sur une prise domestique standard. A noter que Peugeot annonce que l’apport du second moteur électrique sur l’essieu arrière ne modifie en rien l’habitabilité.

Fidèle à sa réputation

Compte tenu du poids de la Peugeot 508 PSE et de ses performances, les ingénieurs du Lion ont revu l’ensemble du châssis. L’amortissement est variable sur trois niveaux, la hauteur de caisse rabaissée et les voies élargies de 24 mm à l’avant et 12 mm à l’arrière. Des disques de 380 mm à l’avant, pincés par des étriers fixes à 4 pistons, se chargent de ralentir tout ce petit monde. Enfin, les jantes sont chaussées de pneus Michelin Pilot Sport 4S pour un maximum de grip.

Cinq modes de conduite sont proposés sur la 508 PSE; “Electric” pour le roulage 100% aux électrons, “Confort” en mode hybride et suspensions assouplies, “Hybrid” qui sélectionne automatiquement la propulsion thermique et/ou électrique. Le mode “Sport” exploite les 360 ch, en plus d’affermir la direction, l’amortissement et change la cartographie du moteur. Le bloc thermique assure la charge de la batterie pour que la puissance maximale soit en tout temps disponible. Enfin, le mode “4×4” garantit une motricité maximale dans les situations d’adhérence précaires.

Les Peugeot 508 PSE berline et break SW arriveront sur le marché en fin d’année, à un tarif encore inconnu. Le label PSE devrait aussi essaimer sur d’autres modèles de la gamme Peugeot à l’avenir.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON