Mercedes-Benz – La S des superlatifs

Référence incontestée des limousines de luxe, la Mercedes-Benz Classe S nous revient avec une septième génération. Cultivant la tradition, elle se veut la vitrine technologique de la marque.

Coqueluche des stars, présidents, grands patrons et autres têtes couronnées, la Classe S est un véritable pan de l’histoire automobile. Depuis 1951, elle incarne le meilleur du savoir-faire de Mercedes-Benz. Chacune des générations a inauguré des nouveautés; qu’il s’agisse de la nouvelle identité stylistique de la marque ou l’introduction en série d’innovations technologiques devenues des standards aujourd’hui. Au fil des ans, la Classe S a légué un bel héritage à l’industrie automobile; l’ABS à la fin des années 70, les airbags associés aux prétensionneurs de ceinture dans les années 80, l’ESP dans les années 90, ou encore le régulateur de vitesse adaptatif tout au début des années 2000, entre autres.

Avec cette septième génération, Ola Källenius, le patron de Mercedes-Benz, place la barre haut. Il entend ni plus ni moins “offrir à [ses] clients innovation, sécurité, confort et qualité dans des proportions encore inédites”.

C’est de l’aérodynamique!

Du point de vue esthétique, la Classe S n’a jamais bouleversé les codes. Et il en est de même avec cette nouvelle génération au dessin classique. Elle s’inscrit dans la lignée des dernières CLS et Classe E, avec des plis de carrosserie marqués, des galbes savamment dessinés et des optiques arrière horizontales. Malgré un gabarit qui ne trompe pas sur la vocation de l’auto, l’ensemble apparaît fluide.

La nouvelle Mercedes-Benz Classe S se distingue surtout par une étude très poussée de l’aérodynamique. L’objectif était de réduire drastiquement la traînée et ainsi limiter le plus possible les émissions polluantes. Ce qui explique l’adoption de poignées de porte rétractables, façon Tesla. Le résultat est un impressionnant Cx de 0,22, le plus faible de la catégorie.

Comparativement à sa devancière, la nouvelle Classe S affiche des cotes accrues. Elle s’allonge de 5,5 cm à 5,18 m. La version empattement long s’accroît de 3,4 cm à 5,29 m. La largeur augmente de 2,2 cm à 1,92 m. L’empattement gagne 7,1 cm à 3,11 m (3,22 m, +5,1 cm pour le châssis long), dont les passagers arrière sont les principaux bénéficiaires.

Les écrans sont rois

C’est sans conteste à l’intérieur que l’évolution est la plus perceptible. La nouvelle Mercedes-Benz Classe S abandonne l’instrumentation à deux écrans juxtaposés. Le conducteur fera toujours face à une instrumentation numérique qui s’affiche sur un écran de 12,3 pouces. En revanche, un écran central de 11,9 pouces (12,8” en option) officie désormais comme console centrale. Il n’existe quasi plus de commandes physiques. Reste à espérer que l’interface électronique, les raccourcis et menus du système multimédia soient bien pensés afin que l’expérience reste satisfaisante. On reste également perplexe sur le positionnement de l’écran, en-dessous de la ligne d’horizon de la planche de bord, qui nécessite de devoir quitter la route des yeux.

On peut bien évidemment faire confiance à la Classe S quant au contenu technologique embarqué. Ce n’est ni plus ni moins que le nec plus ultra. Pour le confort, comptez sur 10 programmes de massage. Pas moins de 19 moteurs sont cachés dans les sièges avant pour trouver la position de conduite idéale. Une vingtaine d’autres se chargent de réguler les vannes de la climatisation quadrizone. Les LED se comptent par centaines pour l’éclairage ambiant et le store arrière s’escamote automatiquement dès que le conducteur tourne la tête. Toutes ces fonctions sont pilotées par l’interface MBUX, à laquelle chaque occupant dispose d’un accès. Le conducteur et le passager avant grâce à l’écran-console centrale, chaque passager arrière par son écran personnel de 11,6 pouces ou la tablette mobile de 7 pouces située dans l’accoudoir central.

Sécurité tous azimuts

Nous vous faisons grâce de l’arsenal d’assistances à la conduite qu’embarque la nouvelle Classe S, puisque absolument tout y est. Toutefois, elle inaugure de nouveaux dispositifs en première mondiale sur une voiture de série. Les passagers arrière disposent chacun d’un airbag frontal. Un autre prend place entre le conducteur et le passager. Enfin, en cas de choc imminent détecté par la voiture, celle-ci se lève automatiquement de 8 cm afin de dévier l’énergie de l’impact vers les parties basses de la structure, plus résistantes.

En plus de la traditionnelle clé, la nouvelle Classe S ajoute 3 systèmes de déverrouillage et démarrage: la reconnaissance d’empreinte digitale, la reconnaissance faciale et la reconnaissance vocale. Elle n’a plus rien à envier à votre smartphone!

Une offre de motorisations épurée

A son lancement, la nouvelle Classe S proposera un choix de 4 motorisations, essence et diesel. Toutes sont des 6-cylindres en ligne équipés d’une hybridation légère de 48 V. En essence, les versions S 450 de 357 ch/500 Nm et S 500 de 435 ch/520 Nm sont disponibles. En diesel, l’offre s’articule autour des versions S 350d de 286 ch/600 Nm et S 400d de 330 ch/700 Nm. Tous les blocs s’associent à une boîte de vitesses automatique à 9 rapports et la transmission s’effectue sur les quatre roues grâce au système 4Matic. Notez encore que la S 350d existe aussi en simple propulsion. Parmi les développements ultérieurs, un V8 complètera l’offre, de même qu’une mouture plug-in hybride avec une autonomie 100% électrique de près de 100 kilomètres. Rien n’a pour l’heure filtré quant à une motorisation V12.

La nouvelle Classe S repose sur la même plateforme que la génération précédente. Toutefois, de nouvelles technologies lui ont été greffées, dont les roues arrière directrices (option). Etonnamment, la Classe S faisait jusqu’ici l’impasse sur cet équipement, alors que ses concurrentes directes, BMW Série 7 et Audi A8 en sont dotées depuis plusieurs années. Le braquage de l’essieu arrière peut atteindre 10°, permettant de réduire le diamètre de braquage de 2 mètres. L’amortissement repose toujours sur le système piloté Airmatic, dont la caméra qui y est associée scanne la chaussée jusqu’à 1000 fois par seconde adapte les réglages en permanence.

La nouvelle Mercedes-Benz Classe S sera disponible à la commande dès la mi-septembre 2020, à des tarifs encore inconnus.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON