Mercedes-Benz – Et de 400’000 pour le G

Sa ligne n’a pas bougé d’un iota depuis 1979. Même la dernière mouture, revue de fond en combles en 2018, n’a pas osé bouleverser un style connu et reconnu partout. Qu’ils soient chasseurs, militaires, humanitaires, pilotes, stars ou même pape, tous ont, depuis 40 ans, adopté le baroudeur allemand. Le 400’000e exemplaire du Classe G est sorti la semaine dernière des chaînes de production de Graz. C’est le modèle de la gamme Mercedes-Benz à la plus longue lignée ininterrompue.

Le G puise ses sources dans un partenariat entre la firme de Stuttgart et les Autrichiens de Steyr-Puch. A l’origine, le projet concernait la construction d’un 4×4 militaire.

A l’image de la Jeep ou plus tard du Hummer, le G est adapté pour la vie civile et la production de masse en 1979. Sa carrière débute en tant qu’utilitaire, pour peu à peu gagner en confort. Il entre en religion lorsque le Pape Jean-Paul II l’adopte comme papamobile. Puis, à l’orée des années 2000, le Classe G se mue en objet fashion après que quelques stars en ont fait leur coqueluche.

Il s’illustrera aussi en rallye-raid, au Paris-Dakar notamment, en remportant l’édition 1983 avec l’équipage Jacky Ickx-Claude Brasseur. Si le Mercedes-Benz Classe G poursuit aujourd’hui sa carrière de bête de somme, il s’illustre aussi par ses versions plus délirantes signées AMG, Maybach ou les excentriques 4×4² et 6×6.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON