Lamborghini – Diablo, 30 ans déjà!

Lamborghini fête le 30e anniversaire de sa Diablo. Supercar emblématique de la marque, elle est depuis entrée dans l’histoire de l’automobile.

C’est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Dans les cours de récréation de la fin des années 80, il y avait deux domaines sur lesquels les discordes débouchaient souvent sur des bagarres homériques. D’un côté le hockey sur glace avec les fans de Fribourg Gottéron contre ceux du CP Berne. Et de l’autre, notre supercar préférée, celle qui trônait fièrement en poster sur les murs de notre chambre. Les forces en présence se répartissaient entre les Ferraristes avec la F40, les Porschistes avec la 959 et les Lamborghinistes avec la Countach. Les années 90 bouleversèrent cette hiérarchie. Coup sur coup, Lamborghini présenta sa Diablo et Bugatti renaquit de ses cendres en parlant italien avec son EB110. C’était à y perdre son latin…

L’histoire de la Diablo commence en 1985. Baptisée en interne “Projet 132”, cette nouvelle supercar remplacera la Countach au sommet de la gamme Lamborghini. Marcello Gandini a imaginé les lignes pures et agressives. Le dessin final a été partiellement révisé par le centre de design de Chrysler, devenu entre-temps l’actionnaire majoritaire de Lamborghini.

La plus rapide

Conquérant le coeur des fans dès sa sortie en 1990, la Diablo était officiellement la voiture de série la plus rapide au monde. Sa vitesse de pointe de atteignait 325 km/h. Le champion de rallye Sandro Munari a contribué au développement de son comportement routier.

La Diablo embarque un V12 de 5,7 litres, quatre arbres à cames en tête et quatre soupapes par cylindre, placé en position longitudinale arrière. Doté d’une injection électronique multipoints, le bloc développe 485 ch et 580 Nm de couple. Sous ses atours luxueux avec un intérieur cuir, la climatisation, les vitres et sièges électriques, la Diablo reste une sportive pure et dure; une propulsion sans aucune aide à la conduite ou direction assistée. Ces technologies apparaîtront sur la Diablo en 1993.

4 roues motrices

La même année, Lamborghini lance la Diablo VT. Elle inaugure la transmission quatre roues motrices, en plus d’une série d’améliorations mécaniques et stylistiques. Ces dernières se retrouveront aussi sur la version deux roues motrices.

En parallèle, la série spéciale SE 30 commémore les 30 ans de Lamborghini. Son V12 développe 523 ch.

La Diablo SV a fait ses débuts au Salon de l’automobile de Genève en 1995. Elle est disponible uniquement en version deux roues motrices, développe 510 ch et son aileron arrière est réglable.

En décembre de la même année, le roadster Diablo VT arrive sur le marché. C’est la première Lamborghini 12 cylindres à toit ouvrant produite en série. Les lignes sont légèrement revues et elle n’est proposée qu’avec transmission intégrale.

L’ouverture d’un nouveau chapitre

En 1999, le groupe Audi rachète Lamborghini. La Diablo SV restylée, conçue par Luc Donckerwolke, le premier designer maison de Lamborghini, voit le jour. Elle succède aux VT et VT Roadster; ces modèles évoquaient des signes clairs de modernisation par leurs lignes et leur intérieur revus. Sur le plan mécanique, le moteur développe maintenant 529 ch et fournit un couple de 605 Nm. Il s’équipe de la levée variable des soupapes et, pour la première fois sur une Lamborghini, les freins reçoivent l’ABS.

La Lamborghini Diablo a servi de base à de nombreuses séries spéciales et fut également active en compétition avec les moteurs 6 litres.

La Diablo a été produite à 2903 unités au total. Elle est restée disponible jusqu’en 2001, date à laquelle la Murciélago lui succéda.

Chiffres de production

ModèleAnnéesNombre
Diablo1990-1998873
Diablo VT1993-1998529
Diablo SE1993-1994157
Diablo SV1995-1999346
Diablo VT Roadster1995-1998468
Diablo SVR199634
Diablo GTR1999-200032
Diablo 6.02000-2001337
Diablo 6.0 SE200144
Diablo GT1999-200083

Galerie photos

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON