Jaguar – Baroud d’honneur

En perte totale de vitesse, les berlines Jaguar XE et XF se mettent à jour. Outre l’interface multimédia de dernière génération, elles se dotent de l’hybridation légère ainsi que de nouveaux moteurs diesel.

Il faut bien avouer que la stratégie de Jaguar semble brouillonne. A tout le moins sur le segment des berlines. Il ne faut pas encore trop loin remonter pour se rappeler des XJ, S-Type et X-Type; en leur temps, elles ont connu plus qu’un succès d’estime. Mieux, elles incarnaient admirablement ce savant dosage propre à Jaguar, fait de luxe, d’élégance toute britannique et de sportivité. Depuis, c’est peu dire que le félin semble s’être égaré dans la jungle automobile. La XJ mène une carrière on ne peut plus confidentielle. Sur le marché helvétique, les XE et XF ont vu leurs ventes s’effondrer de plus de 75% entre leur apogée en 2016 et aujourd’hui. Les avancées technologiques qu’elles inauguraient et qui faisaient leur unicité sont presque devenue la norme dans le segment.

En outre, le tsunami des SUV est passé par là. La marque n’est pas pour autant restée les bras croisés. Le F-Pace joue les bons élèves et le I-Pace la carte de l’innovation. Le petit E-Pace, quant à lui, est quasi inexistant… ou peine objectivement à faire valoir ses qualités face aux Audi Q3, BMW X1 ou Mercedes-Benz GLA. Ce triumvirat truste le podium du segment en Suisse, à raison de ventes 2 à 3 fois plus élevées que le Jaguar E-Pace.

Vu le contexte, cette nouvelle mise à jour des Jaguar XE et XF s’apparente à un baroud d’honneur. Il en faut un peu plus que juste de la connectivité à outrance pour inverser une tendance. Surtout lorsqu’on s’attaque aux sempiternelles berlines allemandes et tente de faire de la résistance face aux SUV.

Nouvelle interface

Aussi bien sur la XE que la XF, l’interface homme-machine est l’une des pierres angulaires de cette mise à jour. Elle repose sur le système multimédia Pivi Pro. A bord de la XE, la console centrale reçoit un écran de 10 pouces qui donne accès à toutes les fonctions du véhicule. Un second écran gère le système de climatisation. Le conducteur trouvera face à lui une instrumentation numérique de 12,3 pouces entièrement personnalisable. L’affiche tête haute complète le dispositif. Sinon, l’agencement intérieur garde les lignes inaugurées lors du lancement de la seconde génération de XE en 2019.

En revanche, les changements sont plus marqués à l’intérieur de la XF. Sa planche de bord est totalement revue. La console centrale voit désormais apparaître une grande tablette de 11,4 pouces proéminente. Elle est le centre névralgique du système Pivi Pro. Sinon, un sélecteur de vitesses plus conventionnel et à impulsions remplace la mollette rotative, certes originale mais peu pratique.

Nouveaux moteurs

Sur le plan esthétique, pas d’évolution majeure pour la Jaguar XE qui accuse à peine 1 an de carrière dans cette mouture. Seule une série limitée baptisée XE R-Dynamic Black, au look plus affirmé, fait son apparition.

Sur la XF par contre, la face avant adopte les codes mis en place par le I-Pace. La calandre est plus large, le bouclier accueille des entrées d’air évasées. Les projecteurs à LED reçoivent la signature diurne en double J. A l’arrière, le pare-choc est plus large et enveloppant alors que les feux adoptent un nouveau dessin. Ces modifications s’appliquent aussi bien à la berline qu’au break XF Sportbrake.

Mais les changements sont autrement plus importants sous le capot des XE et XF. Jaguar n’abandonne pas le diesel. Le 4-cylindres de 2 litres de 180 ch est remplacé par une unité à hybridation légère 48 V. La puissance passe à 204 ch et le couple à 430 Nm, le tout pour une consommation moindre (-14 %). Celle-ci s’établit à 5,4 l/100 km pour la XE et respectivement 5,6 et 6,2 l/100 km pour les XF berline et XF Sportbrake. L’offre de motorisations comprend aussi deux 4-cylindres essence de 2 litres, de 250 ch/365 Nm et 300 ch/400 Nm. Ils bénéficient d’un turbo à double entrée et de la distribution variable.

Sur la XE comme la XF, les 3 moteurs s’associent à une boîte automatique à 8 rapports. Par ailleurs, la transmission intégrale est en option sur le diesel et de série sur l’essence de 300 ch.

Les deux berlines Jaguar sont d’ores et déjà disponibles à la commande. La XE s’échange à partir de 52’900.- francs. Comptez au moins 59’900.- francs pour la XF berline et 62’900.- francs pour la XF Sportbrake.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON