Dacia – Printemps survolté

Dacia entame sa troisième révolution, celle de l’électrique. Avec le Dacia Spring, le constructeur roumain souhaite rééditer les coups d’éclats des Logan et Duster en leur temps. Le Spring sera ni plus ni moins que la voiture électrique la plus abordable du marché.

C’est dans le cadre des E-Ways, série d’événements en ligne que le Groupe Renault a mis sur pied pour palier l’absence du Mondial de l’Automobile de Paris, que Dacia a présenté la version définitive de son Spring. Le constructeur roumain se convertit à la mobilité électrique et entend dépoussiérer – déjà? – ce segment. D’un point de vue plus terre-à-terre, l’arrivée d’un véhicule zéro émission dans sa gamme est salutaire. Il permet de compenser les émissions de CO₂ de ses motorisations essence; afin de conserver des coûts de revient acceptables, Dacia peut difficilement opter pour les technologies les plus modernes et efficientes. Et comme les motorisations diesel – faibles émettrices de CO₂ – ont quitté le catalogue, le risque pour Dacia de voir sa moyenne d’émissions de CO₂ augmenter et donc péjorer la moyenne globale du Groupe Renault était réel.

Ombre chinoise

Le nouveau Dacia Spring est un modèle déjà connu en Chine, où il évolue sous le nom de Renault City K-ZE depuis 2019. Le City K-ZE est le fruit de la co-entreprise entre le chinois Dongfeng et l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi. Le concept chinois est simliaire à celui que Dacia veut implanter en Europe; à savoir proposer un véhicule électrique, fonctionnel et au prix abordable (env. 10’000 euros en Chine).

Si la base est identique, le Dacia Spring bénéficiera d’améliorations et d’équipements supplémentaires pour satisfaire aux régulations et attentes de la clientèle européennes. Il sortira des mêmes chaînes de montage chinoises que le Renault City K-ZE. Aucun prix officiel pour l’Europe n’a pour l’heure été articulé par Dacia. La seule certitude est que le Dacia Spring sera le véhicule 100% électrique le plus abordable du marché. Comme la Logan et le Duster, qui ont servi de porte d’entrée respectivement aux véhicules neufs et aux SUV, le Dacia Spring démocratise réellement l’électromobilité.

Que faut-il en attendre?

Il est bien évident que le Dacia Spring ne viendra pas faire d’ombre aux Tesla, Audi e-tron, Mercedes-Benz EQC, ou Volkswagen ID. Ni même ses cousines Renault Zoé ou Twingo Z.E.. Ce n’est pas son but non plus. Fidèle à son mantra, Dacia souhaite être la réponse à une clientèle en quête d’une solution efficiente pour leur mobilité, économique, simple à utiliser et simple à recharger.

La plateforme mondiale CMF-A du Dacia Spring embarque une batterie de 26,8 kWh. Selon le constructeur, l’autonomie oscillera entre 225 et 295 km selon le cycle WLTP City. La recharge devrait nécessiter environ 5 h avec le chargeur 6,6 kW fourni, à moins d’opter pour l’option Combo (30 KW). Cet accastillage alimente un moteur de 33 kW (45 ch) pour une vitesse maximale de 125 km/h. Le poids s’élève à 955 kg.

C’est donc un usage urbain et péri-urbain que vise le Dacia Spring. D’ailleurs, la marque proposera son dernier rejeton en primeur aux sociétés d’auto-partage, comme Zity à Paris et Madrid. Une mouture “Cargo”, avec une homologation d’utilitaire léger avec 700 litres et 300 kg de volume et charge utiles, est également en préparation. Là aussi, Dacia vise les commerçants et artisans pour leurs livraisons en zone urbaine.

S’agissant de l’équipement, le Spring va à l’essentiel tant en termes de sécurité que de confort. Il sera très certainement possible d’améliorer son quotidien au moyen du catalogue d’options, ce qui fera logiquement grimper la facture.

Positionnement unique

Ce qui est en revanche certain, c’est que le Dacia Spring occupe un positionnement unique actuellement sur le marché. En plus de leur mode de propulsion “à la pointe du progrès”, les véhicules électriques font souvent le plein de technologies connectées et d’assistances diverses. Des équipements qui ont pour effet d’alourdir la facture et dont on peut/pourrait, en définitive, se passer. Dacia fait fi de ces artifices et se concentre sur ce qui est véritablement utile. Le Dacia Spring sera le seul sur son segment de marché, en attendant une hypothétique réponse des constructeurs concurrents. Le plus sérieux serait éventuellement la Fiat Panda électrique, mais qui ne devrait pas voir le jour avant 2 ou 3 ans.

La commercialisation du Dacia Spring démarrera au printemps 2021, pour les sociétés d’auto-partage. Les livraisons aux particuliers débuteront en septembre 2021.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON