Dacia – Mais que reste-t-il à la Clio?

Véritable success-story, Dacia n’en finit pas de réinventer l’automobile sous son jour le plus raisonnable et pratique. Comme en témoigne la troisième génération de Dacia Sandero, qui fait sa révolution sans renier les préceptes de son blason.

Depuis 2008, pas moins de 2,1 millions de Dacia Sandero ont trouvé preneur dans le monde. Dans certains pays européens, comme en France, elle trône en bonne place dans le Top 10 des ventes. Sur le marché helvétique, la Dacia Sandero occupe la deuxième marche du podium de la marque, derrière le Duster. Entre 2014 et 2017, elle a plus que doublé ses ventes, qui se stabilisent aujourd’hui à environ 2900 unités par an (2019). A titre de comparaison, c’est plus que les BMW Série 3, Hyundai Kona, Ford Fiesta, Seat Ibiza, Audi A4 ou… Renault Clio. Un succès étonnant sur un marché parmi les plus exigeants du monde. Chez nous aussi, le concept d’automobile “essentielle” – et non plus low-cost – fait mouche!

Dès lors, c’est avec une certaine prudence que Dacia a imaginé la troisième génération de sa citadine. Quand bien même tout est nouveau, la nouvelle Sandero s’inscrit dans la continuité de sa devancière.

Des atours plutôt aguicheurs

L’évolution assurément la plus marquante de cette troisième génération de Dacia Sandero est son look. Oublié le style sobre et presque banal de ses débuts; la franco-roumaine joue désormais les top-models. La face avant, expressive, se veut moderne avec une signature LED qui n’est pas sans rappeler… Lamborghini. La calandre se pare de touches chromées.

En termes de taille, si la longueur est peu ou prou la même que sa devancière (4,09 m, + 2 cm), la nouvelle Dacia Sandero gagne 11 cm en largeur pour atteindre 1,85 m. C’est énorme! Le style en bénéficie bien évidemment avec une silhouette très dynamique. Les montants de toit sont plus inclinés vers l’intérieur; cette astuce permet également d’abaisser le Cx, soit la résistance aérodynamique, et partant, diminuer la consommation. Le capot gagne un bosselage qui répond aux ailes renflées. Les flancs sont creusés et les ailes arrière accentuent leur déhanchement, à la manière de la Clio. La face arrière joue la carte de la sobriété et la signature LED des feux répond à celle des projecteurs avant.

La Sandero se décline également en version Stepway, aux airs de baroudeur. Cette déclinaison représente 65% des ventes. La calandre de la Sandero Stepway est spécifique, de même que le capot à double bosselage et les boucliers munis de patins de protection teintés dans la masse. Les flancs se parent de passages de roues en plastique brut et de protections latérales sur la carrosserie et les bas de caisse. La garde au sol de la Sandero Stepway augmente de 4,1 cm à 17,4 cm grâce notamment à une monte pneumatique aux flancs plus élevés.

Incontestablement, la nouvelle Dacia Sandero gagne en présence et prestance, apparaissant plus cossue et raffinée que le modèle qu’elle remplace. La Stepway n’oublie pas non plus les aspects pratiques avec des barres de toit fixes modulables qui se transforment d’un tour de clé en galerie.

De gros progrès dans l’habitacle

Le traitement de l’habitacle de la nouvelle Dacia Sandero suit les mêmes évolutions que l’extérieur. Si le plastique demeure omniprésent, le dessin gagne un gros coup de jeune et de nouveaux matériaux font leur apparition. Selon le niveau de finition, un bandeau de tissu court sur la face de la planche de bord.

L’habitabilité apparaît également en hausse. Grâce à l’accroissement de la largeur, 3 adultes peuvent prendre place sur la banquette arrière. Ils gagnent également 4,2 cm d’espace aux jambes. Le coffre s’agrandit aussi, à 328 litres sur 2 niveaux. La banquette est rabattable 1/3-2/3. Pas moins de 21 litres d’espaces de rangement parsèment l’habitacle (accoudoir, aumônières de portes et sièges).

Saut technologique

Au chapitre des équipements, le volant se règle désormais en hauteur et en profondeur. Un démarrage mains libres et les essuie-glaces automatiques font leur apparition.

Toujours fidèle à sa volonté d’aller à l’essentiel, Dacia propose trois solutions pour son système d’infodivertissement. En entrée de gamme, le système “Media Control” utilise le smartphone de l’utilisateur comme interface principale. Un support dédié prend place au sommet de la planche de bord. Au moyen d’une app dédiée et une connexion Bluetooth ou USB, le Media Control permet d’accéder à la radio, la musique, au téléphone et les applications GPS à bon compte. Le second système, baptisé “Media Display” offre sa propre interface via un écran de 8 pouces. Outre les fonctions usuelles de divertissement y compris Android Auto et Apple Carplay, il permet également de paramétrer certaines assistances à la conduite. Le haut de gamme est constitué du système “Media Nav” qui ajoute la fonction de GPS.

Les aides à la conduite s’alignent sur les standards actuels avec le freinage d’urgence automatique, le détecteur d’angles mort et les radars de stationnement.

De nouveaux dessous

La nouvelle Sandero adopte la plateforme CMF-B, déjà utilisée par la Renault Clio V, mais dans une version simplifiée. Les trains roulants sont dans une configuration classique: jambes McPherson à l’avant et essieu de torsion à l’arrière.

Sous le capot, Dacia résume son offre à deux motorisations, basées sur le 3-cylindres 1,0 l essence bien connu dans le groupe Renault. L’entrée de gamme (Sandero uniquement) est assurée par une version atmosphérique de 65 ch (SCe 65). En version turbocompressée, le 3-cylindres développe 90 ch (TCe 90) et s’associe au choix à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports ou une boîte à variation continue CVT. Une version 100 ch du 3-cylindres existe également, disposant de la bicarburation essence/GPL (ECO-G). Ce bloc ne sera malheureusement pas offert sur le marché helvétique. Ce qui s’avère regrettable, puisque l’offre de motorisations diesel disparait tout simplement du catalogue, visiblement boudée par la clientèle.

Les nouvelles Dacia Sandero et Sandero Stepway feront leurs débuts commerciaux en fin d’année 2020. Les tarifs sont pour l’heure inconnus.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON