Bentley – 40’000 heures pour Car Zero

Après Jaguar et Aston Martin, Bentley propose la reconstruction de modèles emblématiques de son histoire. La Bentley Blower Continuation Series inaugure cette nouvelle “gamme”. Le premier prototype, baptisé “Car Zero” a vu le jour.

C’est une mode bien britannique que celle de la reconstruction, ou plutôt des “Continuation Series” en anglais dans le texte. L’idée est de recréer, avec les méthodes de l’époque mêlées aux technologies d’aujourd’hui, des modèles emblématiques d’une marque. Le tirage est très exclusif et se limite le plus souvent à une ou deux dizaines d’exemplaires. Jaguar a ouvert le bal en 2014. La firme de Conventry a proposé de compléter la série des 18 Type E Lightweight interrompue en 1963 après 12 exemplaires. En 2015, 9 Jaguar XKSS ont vu le jour. Aston Martin s’est engouffré dans la brèche avec la reconstruction de 19 unités de la DB4 GT Zagato de 1960. Plus récemment, c’est la célèbre DB5 de James Bond, avec tous les gadgets fonctionnels du film “Goldfinger”, qui a vu le jour. Pour le bonheur de 25 propriétaires.

Le procédé fait beaucoup parler de lui; comme toujours, les puristes poussent des cris d’orfraie pendant que les comptables des constructeurs se frottent les mains devant de très confortables marges. Qu’à cela ne tienne, la demande est visiblement au rendez-vous! L’officine de personnalisation “Mulliner” de Bentley propose désormais une section dédiée à la restauration et la reconstruction d’anciennes. Le premier modèle à voir le jour est la mythique Blower 4 ½ litres des années 30.

40’000 heures de travail dans les règles de l’art

La réalisation de ce premier prototype, baptisé “Car Zero”, qui servira aux différents tests de mise au point, a nécessité 40’000 heures de travail. Les ingénieurs ont utilisé comme base la 4½ litres Blower originale de Sir Henry “Tim” Birkin de 1929. Ils ont scanné au laser 3D chacune des pièces afin de créer, 90 ans plus tard, la Bentley Blower Continuation Series. Les plus de 2000 composants recensés sont recréés à la main, en utilisant des méthodes et matériaux traditionnels. De grands noms de l’industrie et l’artisanat britanniques participent au projet.

Le châssis en acier est formé à la main et riveté à chaud par Israel Newton & Sons Ltd. Cette société est spécialisée depuis 200 ans dans la fabrication de chaudières pour locomotives à vapeur et moteurs de traction. De son côté, l’entreprise Vintage Car Radiator Company a conçu et fabriquera la coque de radiateur en maillechort massif poli. Elle réalise également le réservoir de carburant, en cuivre et acier formés à la main.

“Car Zero” arbore une robe “Gloss Black” que souligne un intérieur en cuir “Oxblood Red” fourni par Bridge of Weir. Comme pour la Blower d’origine, le rembourrage des sièges se compose de 10 kg de crin naturel.

Le 4-cylindres de 4½ litres reprend bien évidemment les caractéristiques de son ancêtre. Il s’associe à un compresseur de type Amherst Villiers qui se dote d’un carter en magnesium, comme l’original. Les motoristes de Bentley ont créé un banc d’essai spécifique ainsi qu’un software dédié pour la mise au point du bloc.

Un programme complet de tests

“Car Zero” va maintenant subir une batterie de tests de mise au point. Au cours de ce programme, la Blower Continuation Series parcourra près de 35’000 km, dont près de 8000 km sur circuit. En outre, le banc d’essai permettra de simuler une participation au rallye “Peking to Paris” et aux “Mille Miglia”.

C’est ensuite que la production débutera. Les 12 exemplaires prévus sont déjà tous réservés, pour un prix toujours inconnu, mais assurément coquet.

Print Friendly, PDF & Email
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON
SOCIALICON